Parcoursup : de nombreuses questions sans réponses !

Au 15 janvier prochain, la plateforme Parcoursup remplacera Admission Post Bac plateforme active jusqu’à la dernière rentrée scolaire. Outre le changement de dénomination, certains éléments sont connus : le calendrier, le nombre de vœux, le système de dialogue… mais les aspects opérationnels inquiètent !

En effet, de nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponse.

  • Comment les établissements sélectifs vont-ils pouvoir répondre au fil de l’eau aux candidats entre mi-mai et les épreuves du bac ? Dialoguer avec les candidats sur liste d’attente nécessitera un délai relativement long. « Mettre en attente les lycéens et les accepter au goutte à goutte, cela peut prendre plusieurs semaines », constate Marc Renner, Directeur de l’INSA de Strasbourg. Et comment les établissements pourraient-ils estimer le nombre de candidats à retenir en liste principale ou en liste complémentaire sachant que les candidats ne hiérarchiseront pas leurs vœux ? Du coté des établissements, ce qui se joue est le risque de sur ou de sous-estimation des effectifs, les réactions des lycéens étant impossible à prévoir. Les comportements des lycéens peuvent être différents d’une année à l’autre comme l’indique Laura Makary (EducPros, 28 novembre 2017).
  • Du coté des élèves, ne sera-t-il pas « tentant » de choisir parmi l’une des premières propositions reçues… sans attendre l’ensemble des réponses des établissements ? Ainsi, les filières les plus réactives ne deviendraient-elles pas, de fait, plus attractive ? À quelques jours du bac, comment ne pas imaginer que des lycéens répondront « oui » sans attendre les autres résultats pour être sûrs d’obtenir une formation et « se débarrasser » du problème ?
  • Par ailleurs, la limitation à 10 vœux de formation génère des remous du coté des filières sélectives qui réclament de conserver les vœux groupés. C’est le cas notamment les CPGE qui considèrent un risque réel que les élèves de terminale postulent moins aux prépas et privilégient d’autres formations moins sélectives (Hervé Riou, Président de l’Union des professeurs de sciences et techniques industrielles).
  • Du coté des concours postbac, notamment ceux des écoles d’ingénieurs présents antérieurement sur APB, les responsables semblent encore s’interroger : le traitement des dossiers sera-t-il pris en charge par le dispositif Parcoursup ? À ce jour, le flou règne encore… Il faudra être vigilant lors des inscriptions et vérifier qu’il existe ou n’existe pas de plateforme d’inscription hors Parcoursup comme c’est le cas pour les concours des écoles de commerce postbac par exemple.

Les précisions sont prévues pour la fin du mois de décembre, CONNECT’Orientaiton ne manquera pas de vous informer !

Elisabeth LÊ, Coach spécialisée Orientation scolaire

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En continuant à utiliser le site , vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer