Témoignages

Sur cette page : 

 

  • Un prof de Khâgne… vous parle !
  • Lucas R.
  • Martine T.
  • Lucas R.
Témoignages divers

Pour enrichir votre réflexion, CONNECT’Orientation sélectionne des témoignages de jeunes, d’enseignants, de chefs d’établissement ou de professionnels des différents secteurs d’activité…

Il s’agit de mettre en valeur des parcours, de donner des conseils, de proposer des astuces sous forme d’articles et de vidéos.
La possibilité d’individualiser son parcours, de suivre des doubles diplômes, d’utiliser des passerelles permet aujourd’hui, à chacun, d’avancer pas-à-pas vers son avenir.

Les témoignages montrent que l’orientation réussie, c’est possible !

Un prof de Khâgne… vous parle !

Les prépas littéraires accueillent des élèves venant de toutes les sections de lycée général : si une majorité sont issus de L, 30 à 40% viennent de S et de ES, donc n’hésitez pas à faire une demande si vous avez été frustré de littérature, de philosophie ou de langues, anciennes ou vivantes, dans le secondaire.
On y enseigne uniquement les matières littéraires : philosophie, histoire, géographie, français, langues anciennes, langues vivantes, théâtre, cinéma, histoire des arts…
La taille des classes varie selon les établissements, mais on doit avoir une moyenne autour de 45 élèves en 1ère année et de 40 en 2ème année. La très grande majorité des étudiants passe en 2ème année, sauf problèmes de travail et/ou d’assiduité.
La scolarité est gratuite dans les CPGE publiques (sauf frais de photocopies : entre 30 et 40 €), mais les élèves doivent payer l’inscription à l’université.

Elles préparent au concours commun de la BEL (Banque d’Epreuves Littéraires) qui réunit une quarantaine d’écoles : ENS Paris, ENS Lyon, ENS Cachan, concours BCE (25 écoles de management dont HEC, ESSEC, ESCP Europe, EM Lyon, ESC Grenoble, EDHEC, Audencia Nantes…), concours Ecricome (6 écoles de Management), Ecole des Chartes, 5 IEP (Aix, Lille, Lyon, Rennes, Toulouse), CELSA (Paris-Sorbonne), École supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT, Université Sorbonne nouvelle Paris 3), Institut supérieur du management public et politique (ISMaPP), Institut de management et de communication interculturels (ISIT).

La priorité, dans les CPGE littéraires, est donnée aux concours très exigeants des Écoles Normales Supérieures où le nombre de places est réduit (environ 75 à Paris et 100 à Lyon) car les élèves qui ont réussi les épreuves sont rémunérés pendant leurs 4 ans d’études. Il est aussi possible d’y être admis en tant qu’auditeur libre (on suit les mêmes cours, mais sans toucher de salaire). Les ENS permettent prioritairement de préparer les concours d’enseignement (agrégation en particulier) et de commencer un Doctorat pouvant amener à enseigner dans le Supérieur.
Il faut rappeler que les étudiants qui ne réussissent aucun concours ne perdent aucune année d’études puisque, s’ils ont eu des résultats convenables et, surtout, fait preuve d’assiduité en cours et de constance dans le travail, ils se voient proposer les ECTS correspondant à leur année d’étude : 60 ECTS par an et, après étude de leur dossier par l’université et selon les universités, 60 en 3ème année (L3).

Le cursus « normal » est de 2 ans : hypokhâgne (1ère année) – qui, sauf pour raisons médicales, ne peut se redoubler – et khâgne (2ème année). Un nombre non négligeable d’étudiants choisit de faire une 3ème année (c’est-à-dire qu’ils refont une 2ème année : Khûbage) pour parfaire leur parcours, afin de consolider leurs progrès, de continuer à travailler dans d’excellentes conditions ou encore de se donner de meilleures chances au concours. Certains, exceptionnellement, font même une troisième 2ème année (bikhâtage).

Contrairement aux idées reçues ou aux clichés qui circulent encore, les CPGE littéraires ne visent pas à « casser » les étudiants, mais, bien au contraire, leur assurent un suivi très encadré par des professeurs faciles à contacter, qui se veulent à l’écoute et souhaitent la réussite du plus grand nombre, dans un vrai « groupe-classe », où l’entraide n’est pas un vain mot, comme en témoignent les solides amitiés qui se nouent pendant ces années-là.
Même si les notes sont rudes au début, ce qui importe, c’est la progression de chaque étudiant, la construction de son évolution.

Pourquoi venir en prépa ?

– la pluridisciplinarité permet de se laisser un an pour réfléchir à son orientation future car, si les matières portent les mêmes noms que dans le secondaire, le contenu en est fort différent : vous saurez ainsi ce que représente telle ou telle matière dans le supérieur et ne vous lancerez pas trop vite, au risque de la déception,
– pour acquérir de solides méthodes de travail, la 1ère année étant très axée sur la méthodologie,
– pour faire l’apprentissage de la rigueur dans la réflexion comme dans la rédaction,
– pour apprendre à réfléchir en profondeur, à élaborer une pensée personnelle,
– pour comprendre comment on travaille au mieux de ses capacités.

Le profil pour réussir en prépa littéraire :

– être motivé, convaincu que c’est une voie d’excellence,
– aimer lire,
– avoir un esprit de curiosité,
– accepter la charge de travail, qui est lourde, mais n’empêche pas une vraie vie d’étudiant, même si, évidemment, le rythme des sorties est à modérer ! Mais ne surtout pas s’enfermer exclusivement dans le travail,
– avoir envie d’apprendre, de progresser, de donner le meilleur de soi, de voir jusqu’où on peut aller intellectuellement,
– savoir s’arrêter et abandonner l’idée de perfection.

Les débouchés

Dans le cadre de la BEL (Banque d’Épreuves Littéraires), de nombreuses écoles ouvrent leurs portes aux étudiants de CPGE littéraires (voir plus haut), mais les débouchés vont au-delà puisque les étudiants qui regagnent l’université pourvus d’une L1, d’une L2 ou d’une L3, continuent leur parcours dans de très bonnes conditions, grâce au socle acquis (méthode et connaissances).
Au-delà du professorat (primaire, secondaire, universitaire) et des multiples carrières dans le management (Grandes Écoles de commerce), l’éventail des métiers de nos anciens étudiants est impressionnant : urbanisme, musées, journalisme, archives, bibliothèques, métiers du livre, médiation culturelle, orthophonie, police, armée (St-Cyr), justice (avocats, juges), administration municipale ou hospitalière, inspection du Trésor, quai d’Orsay, métiers du théâtre et du cinéma… Sur les sites de maints lycées figurent des témoignages de parcours. A consulter !

Conseils pour une candidature en CPGE littéraire

La sélection se fait uniquement sur les matières littéraires. On tient beaucoup compte des annotations des professeurs sur les bulletins de 1ère et de Terminale qui sont lus de très près. est également particulièrement prise en compte la place de l’élève dans chaque matière. Pour parfaire ses chances d’être recruté :
– avoir un dossier équilibré pour les différentes matières littéraires : pas de « trou » dans l’une d’elles
– avoir des commentaires précis de ses professeurs sur la feuille récapitulative
– ne pas avoir de remarque dépréciative sur l’assiduité, les retards, le manque de travail…

Conseils pour réussir son entrée en CPGE

– bien respecter les exigences de lectures pour l’été,
– prendre conscience qu’on travaille dès la rentrée : ne pas se laisser prendre de court et se mettre tout de suite au travail,
– trouver très vite un rythme personnel de travail en testant ce qui vous convient le mieux,
– trouver des camarades avec lesquels travailler,
– ne pas vous focaliser sur les notes : ce qui compte, c’est la progression régulière et chacun doit travailler à ses propres progrès,
– relire et annoter les cours pour les assimiler,
– travailler la rigueur du raisonnement comme de la présentation (justesse du vocabulaire, orthographe, expression),
– ne pas hésiter à demander de l’aide ou des explications à un professeur,
– ne pas négliger les exercices qui peuvent sembler plus arides (apprentissage systématique du vocabulaire en langues),
– conserver des plages disponibles pour vous divertir et ne pas « exploser en vol » !

Christine V.
Professeur de Lettres classiques,
Lycée Edouard Herriot – Lyon

Dominique E. (Bucarest)

J’ai sollicité CONNECT’Orientation pour aider ma fille dans la rédaction de son CV et de sa lettre de motivation en français et en anglais l’an dernier. Elle postulait en école supérieure de commerce en France et à l’étranger (Angleterre et Israël).

Nous avons été totalement satisfaits de la disponibilité, de l’écoute et des conseils qui lui ont permis d’être acceptée dans tous les établissements visés. Elle a donc eu le choix et s’est déterminée pour Israël où elle termine sa première année.

Je recommande fortement les services CONNECT… Vous serez satisfait !

Martine T. (Lyon)

L’oral de ma fille à l’IUT de Colmar s’est très bien passé. L’accompagnement que ma fille suivi a été une très bonne expérience à tous points de vue.

Grâce au stage que vous avez organisé avec la Peep de Lyon, elle a été plus détendue, elle a réussie à exprimer tout ce qu’elle souhaitait. Elle n’a pas paniqué, juste un peu de stress avant l’entretien proprement dit mais rien de plus normal.

Je remercie toutes les personnes qui l’ont aidée et confirme que ce stage lui a été d’une très grand utilité.

Lucas R.

C’est mon premier vœu qui a finalement été accepté à la deuxième passe sur APB !
Je rentre à l’ISETA de Poisy (74) en septembre prochain pour un BTSA Gestion forestière.
Merci pour votre aide

En continuant à utiliser le site , vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer