Langues

Les langues étrangères sont partout ! Elles sont nécessaires aux voyages, à l’échange. Elles sont devenues obligatoires à tous les niveaux de la scolarité et dans toutes les filières du supérieur. L’anglais n’est d’ailleurs plus considéré réellement comme une langue étrangère… Les diplômes de langue sont variés et de nombreux tests permettent de valider le niveau de langue.

Les élèves les plus doués en langues envisagent de poursuivre une formation approfondie en langues dans le supérieur et, chaque année, plus de 30 000 étudiants s’inscrivent en première année dans les filières Langues. Il n’existe pas de BTS ou de DUT de langues et les études post bac sont organisées par les Universités. Pour réussir en Langues, il est nécessaire de combiner différentes langues étrangères. Pour prendre de la valeur sur le marché de l’emploi, les étudiants sont encouragés à maîtriser les langues dites minoritaires, par exemple l’arabe ou le mandarin. L’enseignement est un débouché classique de cette filière mais il existe d’autres possibilités comme l’interprétariat ou la traduction…

Les diplômes universitaires de langues

Les études de langues étrangères à l’Université sont organisées en cycle Licence-Master-Doctorat. Pour autant, 5 années d’études représentent aujourd’hui le minimum pour prétendre une insertion professionnelle dans le domaine. Deux parcours se distinguent au sein des départements de langues : LLCE et LEA

 

→ Licence LLCE 

La filière Langues, Littératures, Civilisations Étrangères convient parfaitement aux passionnés de littérature et de langues.  L’étudiant choisit d’approfondir une langue étrangère. Il aborde l’histoire ancienne et contemporaine, la littérature, le cinéma, la linguistique ou la traduction littéraire. Cela revient à suivre des études de lettres mais dans une langue étrangère.
Les enseignements proposés en Licence : grammaire, expression écrite et orale, compréhension, linguistique, phonétique, littérature, civilisation, etc.
Le programme prévoit des séjours à l’étranger sous la forme d’échanges universitaires, Érasmus par exemple…
Les poursuites d’étude en Master s’orientent :
> vers les métiers de l’enseignement avec la préparation des concours CAPES et Agrégation en suivant le Master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la Formation (MEEF).
> vers la recherche, l’action culturelle, tourisme ou la traduction littéraire.

→ Licence LEA 

La filière Langues Étrangères Appliquées concentre sur l’approfondissement de la langue dans un contexte professionnel. Cela implique l’étude de deux langues à part égal. Par exemple anglais-chinois, espagnol-arabe, etc. Une LV3 est souvent proposée dans sa dimension langue et culture.

Le caractère appliqué de la formation repose sur des enseignements de droit, économie, gestion, commerce, traduction spécialisée… Les propositions différent d’une université à l’autre. Renseignez-vous !
Les étudiants qui suivent ce parcours sont encouragés à suivre une double formation (la plupart du temps intégrée à l’emploi du temps… selon les universités). Par exemple Licence LEA-Licence de Gestion ou LEA-Management et Sciences Humaines…

Les débouchés les plus fréquents sont le commerce International, l’administration des entreprises, la traduction technique ou le tourisme.

La spécialisation peut être envisagée dès la fin de la L2 : par exemple une Licence professionnelle de guide-conférencier.
Les masters proposent des spécialisations : commerce international etc.
Il existe des Masters européens en traduction (environ 60 sont labellisés par la Commission européenne) : Universités de Brest, Grenoble, Lille 3, Lorraine, Mulhouse, Strasbourg, Paris 7, Rennes 2, Toulouse 2, l’ISIT et l’ESIT.

→ Le parcours Commerce International

Le parcours Commerce International peut démarrer dans certaines universités dès la troisième année de Licence et parfois la seconde. L’admission se fait le plus souvent sur dossier et entretien. Préparez-vous correctement ! 

Les matières enseignées portent notamment sur la connaissance de l’entreprise, le marketing, la comptabilité…
La poursuite d’études se fait en Master LEA avec une spécialisation par exemple en droit-gestion, communication internationale des entreprises et administrations, traduction commerciale et juridiques etc.

Les filières et les débouchés

Mais que faire après des études de langues ? La question est souvent posée et exige la construction d’un projet personnel… Si vous ne savez pas, consultez nos coachs.

Les grands domaines ouverts après un diplôme de langues sont : la logistique, le commerce international, la traduction, l’interprétariat, la communication, l’hôtellerie-restauration, le tourisme, la culture, l’enseignement, la recherche, l’administration, les métiers du livre…

Différents secteurs nécessitent des études de langues :

Les diplômes et compétences en langues sont particulièrement recherchés dans les secteurs de la logistique, le commerce international, la communication et la communication technique, l’administration, l’hotellerie-restauration, les métiers du livre, la traduction-interprétariat, le tourisme, l’enseignement et la recherche.

 

→ Logistique

Secteur devenu stratégique, la logistique ou « supply chain » prend en charge la conception et la gestion des flux, de l’achat à la livraison des biens. Les perspectives de recrutement dans les années à venir sont bonnes : les logisticiens prennent de plus en plus d’importance dans les entreprises et voient leurs fonctions élargies notamment au sein des PME et TPE mais aussi de grands groupes internationaux. Les postes sont proposés en France ou à l’étranger.

> Exemples de métiers :

Affréteur international : c’est un intermédiaire sur le marché du transport : il recherche un accord commercial entre le demandeur (par exemple le chargeur) et l’offreur (par exemple l’armateur) au sujet du mode de transport choisi. La prospection en matière de nouveaux clients, la négociation, la veille sur les marchés et le suivi des accords constituent les activités principales de l’affréteur. Des compétences linguistiques, juridiques et techniques sont requises.

Autres métiers : supply chain manager, coordinateur logistique, agent de transit, déclarant en douanes, responsable transport, personnel non navigant au sol…

> Exemples de formations :

  • Licence professionnelle 
Gestion des partenariats logistiques (Nantes)
  • Licence professionnelle Management des services aériens (Angers)
  • Master Logistique internationale

→ Communication technique

La communication technique multilingue est présente dans de nombreux secteurs : édition de logiciels numériques, industrie pharmaceutique, haute technologie. On parle alors de traduction scientifique, technologique, juridique, etc. Ces traducteurs spécialisés travaillent souvent dans l’import-export, le marketing, la vente et plus rarement dans l’édition. Employés dans les grandes entreprises ou les cabinets de conseil, associations et institutions publiques, le secteur est concurrentiel. Plus la représentation de l’entreprise est internationale et plural traduction y est présente. Les secteurs qui emploient ces traducteurs spécialisés se trouvent dans les secteurs des télécommunications, de l’agroalimentaire, des industries pharmaceutiques ou aéronautiques.

 

> Exemple de métiers :

Traducteur technique : Il représente la majorité des emplois en traduction. Il est spécialisé en droit, électronique ou dans le domaine médical. L’anglais n’est plus considéré comme une langue étrangère et de nouveaux besoins apparaissent en chinois, russe, arabe.

Terminologue : Son objectif est de trouver les termes français pour les nouveaux produits dont le nom initial est en langue étrangère, il prépare des dossiers thématiques pour les traducteurs et travaille plus particulièrement dans les secteurs technologiques de pointe qui nécessitent la maîtrise de nombreux textes techniques.

Localisateur : Il adapte les jeux vidéo, les logiciels et autres produits multimédia. Il traduit les messages affichés sur les écrans, les options de menus, les légendes, les contenus des pages web…

Autres métiers : traducteur audiovisuel…

> Exemples de formations :

  • Master Traduction et interprétation, parcours communication internationale en sciences de la santé (Lyon 2)
  • Master Métiers de la traduction-localisation et de la communication multilingue et multimédia (Rennes 2)

→ Administration, Éducation

SI L’Éducation nationale reste le principal recruteur avec les différents concours de recrutement, le secteur de la formation professionnelle est lui aussi un secteur dynamique. En effet, les entreprises financent les formations de leurs salariés en fonction des besoins.
Par ailleurs, des postes administratifs sont aussi possibles pour les linguistes au sein des collectivités territoriales, dans les ministères ou les grands organismes supranationaux. Il existe aussi des postes dans la fonction publique européenne.

> Exemples de métiers

Chargé de la coopération internationale : Il conçoit, propose et réalise des actions et des procédures relatives à la collaboration avec d’autres pays de la structure qui l’emploie. Il participe notamment à la définition et mise en oeuvre des orientations stratégiques de la collectivité, et apporte une assistance technique au montage de projets de portée internationale, dont il contribue à favoriser l’émergence.

Agent de la fonction publique internationale : pour connaître les concours administratifs accessibles avec des études de langues, renseignez-vous !

Autres métiers : Professeur de langues dans l’enseignement secondaire, Professeur de français langue étrangère (FLE), Formateur pour adultes, Assistant administratif…

→ Commerce international

Face à l’internationalisation des échanges, les grandes entreprises et les PME françaises doivent pouvoir s’adapter et évoluer rapidement pour conquérir de nouveaux marchés. L’ouverture à l’étranger est devenue incontournable. Les postes sont proposés en France ou à l’étranger.

> Exemples de métier :

Responsable de zone export : il a pour mission d’assurer le développement des ventes de son entreprise sur une zone géographique située à l’étranger. Il est associé au choix de la stratégie de vente et mène les études relatives à l’environnement concurrentiel sur le territoire concerné. Il constitue et anime le réseau de vente et peut concevoir des actions marketing et de communication.

Conseiller en développement international : il accompagne dans leur développement export des sociétés françaises. Il informe sur la situation économique et juridique d’un pays. il réalise des études de marché. Il peut exercer, en profession libérale, au sein d’une mission économique rattachée à une ambassade française à l’étranger ou auprès d’une direction régionale du commerce extérieur en France.

D’autres métiers : chargé de clientèle export, consultant marketing, négociateur trilingue, acheteur…

> Exemples de formations :

  • À l’université : Master Commerce international, Master Juriste trilingue (Nantes), Management et marketing international
  • Dans les écoles de commerce : commerce et marketing international…
  • Dans les écoles spécialisées à bac + 3 (technicien) ou à bac + 5 (cadre)

→ Communication

 

Le secteur de la communication est stratégique pour les entreprises. Il est demandé aux communicants une grande culture générale au-delà de la maîtrise des langues. Sont aussi nécessaires des techniques professionnelles propres au secteur d’emploi. Les fonctions sont variées selon le type de communication développée ! En communication externe, ce sont les relations publiques, presse, publicité ou événementiels qui sont au coeur du métier. En communication institutionnelle, ce sont plutôt des données économiques ou financières. relatives à l’entreprise qui sont transmises aux médias. En communication interne, ce sont les informations propres à l’entreprise qui s’adressent aux salariés…Mais il existe aussi la communication online : elle concerne les sites web, les réseaux…  Les employeurs sont très variés : entreprises, agences de communication, collectivités territoriales…

> Exemples de métiers

Attaché de presse : il organise des colloques, lance de nouveaux produits… Il est en relation directe avec les médias.

Responsable de communication évènementielle : Il organise des actions afin de développer la notoriété d’un événement et veille à toute la logistique du projet, de sa conception à sa réalisation. Il fait connaître une marque, un artiste, une entreprise, auprès des journalistes, et diffuse l’information auprès du public et des médias.

Autres métiers : Chargé de communication interne, Consultant en relation presse, Responsable de communication…

> Exemples de formations

  • DUT Information-communication option Communication des organisations
  • Licence Information-communication
  • Licence professionnelle Communication et management des évènements (Poitiers)
  • Master Management de la communication (CELSA-Paris 4)

→ les autres secteurs seront illustrés sur notre site très prochainement !

En continuant à utiliser le site , vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer