Ingénieur

Un ingénieur c’est une personne que ses connaissances rendent apte à occuper des fonctions scientifiques ou techniques actives en vue de prévoir, créer, organiser, diriger, contrôler les travaux qui en découlent, ainsi qu’à tenir un rôle de cadre (Dictionnaire Larousse).

En pratique, un ingénieur possède un diplôme reconnu par l’État et accrédité par la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur), grâce à plus de 200 écoles d’ingénieur françaises, publiques ou privées.

S’ils ont longtemps été considérés comme des « inventeurs », l’ingénieur est aujourd’hui quelqu’un qui porte un intérêt à toutes sortes de sciences, et dont les domaines d’applications sont infinis. Les domaines d’application de l’ingénierie sont vastes, elles s’étendent à la construction, à la chimie, l’électricité, mais aussi la logistique, la finance ou le management. Au sein même de ces disciplines, les postes peuvent être très variés, allant de l’ingénieur commercial, au cadre en passant par analyste ou qualité.

Un jeune diplômé peut espérer un salaire entre 21 130 € et 37 870 €, mais cela dépend du métier exact et du secteur industriel choisi.

Les études d’ingénieur

ingenieur4

 

Il est important de garder en tête qu’un ingénieur, par définition, se destine à un métier orienté sciences et techniques. Nombre de fonctions sont les mêmes mais appliquées à des industries différentes : la richesse d’un ingénieur, c’est sa pluralité. Il n’y a pas de porte fermée ! Avec un diplôme d’ingénieur, on peut presque tout faire…

 

Les écoles elles-mêmes reflètent cette diversité. Les classes préparatoires intégrées ou non donnent accès au cycle ingénieur. Il existe trois types d’écoles.

 

puce1 Les écoles généralistes proposent un cursus en 3 ans sans orientation spécifique vers un domaine. Admission à Bac +2

puce1 Les écoles spécialisées offrent des matières pertinentes au domaine choisi à l’admission, ce qui permet d’élaborer des connaissances techniques spécifiques à un domaine particulier. Admission à Bac + 2

puce1 Les écoles multi-spécialistes proposent la première année un tronc commun à tous les élèves. Ils choisissent leur spécialité la deuxième année. Il est parfois possible de choisir de changer de spécialité dans la troisième année.

Ecole d'ingénieur

Les domaines et les métiers

Les principaux domaines de l'ingénieur

puce3 Aérodynamique

L’aérodynamique se concentre sur l’étude du comportement des fluides, dont l’air, sur certaines surfaces ainsi que ses applications. Ce domaine offre donc une grande variété d’application et de spécialisation. En tant qu’ingénieur, cela signifie travailler sur les transports terrestres, aéronautiques (air et eau) mais également spatiaux. Les applications se retrouvent donc principalement dans les secteurs industriels comme le ferroviaire, l’aéronautique, le spatial et l’automobile.

Les métiers s’orientent généralement vers des ingénieurs Recherche et Développement (R&D), des ingénieurs en conception, qualité et innovation.

Aérodynamique TGV

puce3 Agronomie, agro-alimentaire, agriculture

Les enjeux de l’agronomie reposent sur la compréhension du vivant et leurs implications sur l’environnement et dans la société. Dans cette filière, les applications sont très nombreuses, comme l’alimentation, les végétaux, les animaux, l’agriculture, et l’environnement. Par ailleurs, il s’agit de gérer tous les aspects de la transformation d’un matériel brut à un produit fini, provenant de matières organiques par exemple.

Cette formation ouvre la porte d’une myriade de métiers possibles, comme la R&D, mais aussi la production, la gestion et le management, la conception, la qualité… Il est donc tout à fait possible de travailler dans les secteurs industriels de l’agronomie, de l’agro-alimentaire, et de l’environnement.

Agronomie

puce3 BTP, génie civil

BTP signifie « Bâtiment et Travaux Publics » et comme son nom l’indique, cette spécialité se concentre sur la construction d’infrastructures, de maisons, de ponts, de routes et de bâtiments. Au programme, les procédés de construction et un milieu particulier avec sa terminologie et ses spécificités. A l’heure actuelle, le domaine s’ouvre aux innovations techniques par le biais de l’architecture, mais se pare également des principes sur le long-terme : utilisation des techniques de développement au travers des labels et certifications sociales, éthiques et environnementales.

Le BTP c’est beaucoup de management de projet, de la maîtrise d’œuvre à la maîtrise d’ouvrage, en passant par la conduction de travaux, les bureaux d’études, l’estimation. De nouvelles spécialités se développent alliant la discipline de la construction avec les notions d’économie énergétique, l’innovation et la R&D.

BTP - Travaux publics

puce3 Chimie

La Chimie est partout, dans notre alimentation, nos vêtements et dans l’alliage de métal de nos voitures. Elle participe à l’économie du pays, la recherche de nouveaux traitements, à notre qualité de vie. Ses applications se développent dans de nombreux domaines : industrie du luxe (cosmétologie), textiles (des combinaisons des astronautes aux tissus adéquats pour des structures architecturales)… Le domaine Chimie en école d’ingénieur, c’est un moyen d’approfondir les connaissances acquises au lycée et de se lancer dans la compréhension du monde autour de soi.

Les métiers de la Chimie sont innombrables. On peut donc devenir ingénieur R&D, s’orienter dans l’environnement et la sécurité, la qualité, la production-méthode. Et ce, dans des secteurs comme la métallurgie, l’automobile, la pharmaceutique ou les plastiques/caoutchoucs.

Chimie

puce3 Énergie et Environnement

L’énergie est un thème récurrent à de nombreuses écoles d’ingénieures, spécialistes ou non. L’énergie c’est comprendre l’électricité, par exemple, ou les énergies fossiles comme le pétrole, et ses applications, mais aussi analyser et appréhender d’où ces énergies proviennent, pourquoi elles fonctionnent, et comment améliorer leurs utilisations. Toutes les énergies ont un impact sur notre environnement. L’effet sur la couche d’Ozone est l’un des exemples les plus évidents. L’ingénieur en énergie s’évertue à trouver de nouvelles sources d’énergie ou à les améliorer pour qu’elles soient plus efficaces tout en surveillant et limitant leurs effets sur l’environnement.

Un ingénieur en énergie peut faire du bureau d’étude, de la recherche et du management de projet avec l’implantation de nouveaux systèmes. L’innovation est au cœur de ce domaine. Les secteurs de l’énergie vont de l’électrique au nucléaire en passant par les plateformes pétrolières.

Panneaux solaires

puce3 Informatique et Numérique

L’informatique est un vaste sujet, les applications sont aujourd’hui nombreuses, et il est difficile de résumer ce domaine en quelques mots. En école d’ingénieur, l’informatique est abordée principalement en termes de programme, d’ergonomie et d’utilisation. Du codage C++ à la création de base de données, l’informatique et le numérique ne se concentrent pas seulement sur les échanges de données ou le traitement de l’information, mais aussi d’autres applications qui vont de l’imagerie médicale à la mécatronique. Avec l’essor des data center et des cloud, le numérique génère toujours plus d’emplois.

L’ingénieur informaticien peut manager des projets dans une entreprise, être en charge de développer des applications, mais aussi être plus technicien et se concentrer sur du codage, intégrer des solutions réseau, innover en termes de technologies. Mieux encore, un ingénieur informaticien peut travailler dans n’importe quel secteur puisque toutes les entreprises ont un ou plusieurs réseaux, que ce soit de la communication ou des plateformes internes.

Informatique et numérique

puce3 Mécanique et Matériaux

La mécanique c’est comprendre comment les machines fonctionnent. La filière est généralement très technique : « comprendre comment ça marche » est une clé de réussite ! Les moteurs, les machines en général…  mais aussi être capable de créer les moyens d’améliorer les capacités humaines. La mécanique est l’une des bases pour accéder à la mécatronique mais aussi dans de nombreuses autres industries : des moteurs en aéronautique, en automobile, des machines utilisées en centrales nucléaires.

Un ingénieur spécialisé en mécanique peut s’orienter vers une grande diversité de métiers, allant de la maintenance, à la qualité, mais aussi la conception ou encore la sécurité, le tout dans de nombreuses industries.

Mécanique et matériaux

puce3 Mécatronique

La Mécatronique est un domaine qui se définit par la rencontre de quatre spécialités : une alliance de mécanique, d’électronique, d’automatique et d’informatique ! C’est un domaine transverse qui, bien que peu visible, est présent partout, dans toutes les industries. Ce domaine peut par exemple mener à la robotique, aux droïdes ou aux drones, et ne fait que s’étendre dans ses applications.

Aux vues de toutes les possibilités, les métiers possibles ne peuvent tous être cités, puisque c’est un domaine en pleine expansion. Les emplois se répartissent évidemment sur l’innovation, la R&D, mais aussi dans les bureaux d’études ou le conseil.

Mécatronique

puce3 Systèmes industriels

Le domaine des systèmes industriels consiste à comprendre la structure d’une entreprise, mais aussi son processus de traitement et de création de valeur. Il s’agit de s’intéresser à comment produire avec une qualité toujours plus poussée, au meilleur coût et dans une recherche constante d’efficacité. Il s’agit d’innover, de se poser des questions et ne pas hésiter à changer les procédés.

Un ingénieur en système industriel s’occupe de logistique, de gestion de production, de qualité, sécurité et environnement. Il n’est pas cloisonné à une industrie, puisque la chaîne de production est le squelette de nombreuses industries, comme la pharmaceutique, l’alimentation ou encore la mécanique.

Systémes industriels

puce3 Et bien d’autres domaines encore…

Les ingénieurs envahissent les sphères financières, particulièrement grâce aux nombreux doubles diplômes offerts par les écoles de commerce en partenariat avec les écoles d’ingénieur. L’ingénierie est tellement riche et les technologies toujours en développement qu’un ingénieur a toujours la possibilité d’évoluer. L’innovation est au cœur de sa démarche. C’est pourquoi il est important de noter que cette liste de domaine est non-exhaustive : chaque année les écoles créent de nouveaux domaines pour les métiers de demain, il ne faut donc pas hésiter à aller consulter les sites de chaque école.

Les voies d’accès

Le cursus le plus courant s’étend sur 5 ans, soit deux ans de classe préparatoire scientifique (CPGE) et trois ans du cycle ingénieur dans les école d’ingénieurs. Cependant, de nombreuses variantes sont possibles puisque chacun se crée un parcours unique et que chaque école possède ses propres critères de sélections !

Ecole d'ingénieur

puce2 Les Admissions Post-Prépas

Après le bac, de nombreux élèves choisissent d’aller en CPGE pour, plus tard, intégrer les écoles d’ingénieur et notamment les grandes écoles. Ce faisant, ils passent à l’issue de leur seconde année de prépa, un concours commun à toutes les écoles d’ingénieur publiques, en ajoutant (au choix de l’élève) un concours pour les écoles d’ingénieur privées. renvoi actif vers Classes Prépas sur le titre : les prepas scientifiques

puce2 Les Admissions sur titre

Certains élèvent s’orientent vers des DUT ou des Licences après leur BAC. Par la suite, ils peuvent choisir de continuer leurs études, ou simplement de se réorienter, et c’est une possibilité qu’offrent les écoles d’ingénieur. Au cours de leurs études, les étudiants valident un certain nombre de points appelés crédits européens (ECTS) (renvoi actif page du bac à la fac point ECTS). Chaque année, un certain nombre de crédits sont validés et ils sont reconnus par toutes les écoles européennes. A partir de cela, il est possible de créer des équivalences qui permettent par la suite d’intégrer une école d’ingénieur ou une autre institution. Généralement, il faut réussir un concours… ou présenter un dossier et bien sûr la lettre de motivation et l’entretien sont déterminants ! (renvoi actif sur savoir se vendre) Cependant, les modalités sont propres à chaque école, il faut donc se renseigner directement auprès des écoles visées.

puce2 Les Admissions Post-Bac

Une alternative aux CPGE est offerte par certains réseaux d’écoles d’ingénieur qui proposent des prépas dites « intégrées ». Les étudiants entrent dans l’école d’ingénieur et font leur prépa au sein-même de l’école. Dans ce cas, le cursus dure donc 5 ans, dont les deux premières années sont consacrées à la prépa. L’avantage d’un tel choix, c’est que les étudiants n’ont pas à passer l’examen habituel à l’issue des CPGE classiques, cependant la sélection reste difficile lors de la phase d’admission : les jeunes bacheliers sont choisis sur dossier scolaire, ainsi qu’un concours d’entrée et un entretien (lien sur savoir se vendre)… sur APB (lien actif APB) ou hors APB selon les écoles.

Les professionnels de CONNECT’Orientation vous aident à préparer votre(vos) concours. (renvoi vers le shop ).

puce2 Les Concours post-bac

Il est important de savoir que chaque concours fonctionne selon une banque d’épreuves communes à plusieurs écoles. L’inscription payante ou non se fait généralement sur APB et même si vous candidatez pour plusieurs écoles, vous ne faites qu’un vœu sur APB (lien actif APB).

Concours Advance

Concours Advance

Permet de postuler à 3 écoles : ESME Sudria, EPITA et l’IPSA, réparties sur 4 villes et 7 campus. ESME s’oriente vers les technologies de demain (énergie, systèmes embarqués et électroniques, images, signaux et réseaux, intelligence numérique…) EPITA se concentre sur l’informatique et ses domaines d’application.

IPSA est une école d’ingénieur aéronautique et spatiale.


puce3
1000 places : Term S (940 places) / Term STI2D (60 places)
puce3
Frais d’inscription : 85€ (S) / 42€ (STI2D)/gratuit boursiers

Concours Alpha

Concours Alpha

Permet de postuler à 7 écoles d’ingénieurs : EBI, EFREI, ESIGETEL, ESIEA, 3IL, ELisa Aérospace et l’ISMANS.

Ces 7 écoles regroupent une trentaine de domaines différents diversifiés entre la biotechnologie, l’aéronautique, le numérique ou l’informatique.


puce3
900 places : Term S pour l’ensemble des concours, Term STL, ES, STAV ou STI2D selon les écoles
puce3
Frais d’inscription : 100€/30€ boursiers

Concours Avenir

Concours Avenir

ESTACA, ESILV, EPF, EISTI, EIGSI et l’ECE sont les 6 écoles qu’il est possible d’intégrer grâce au concours Avenir, sur 10 campus différents.

ECE est spécialisé technologies du numérique, ESILV sur quatre domaines : informatique, finances, mécanique et nouvelles énergies. ESILV et ESTACA se concentrent sur : automobile, transports guidés, aéronautique et spatial. EPF et l’EIGSI sont deux écoles généralistes. EISTI se concentre sur les mathématiques et l’informatique.


puce3
1585 places : Term S (1490 places) / Term STI2D (95 places)
puce3
Frais d’inscription : 110€ (S)/50€ (STI2D)/gratuit boursiers

Concours Geipi-Polytech

Concours Geipi-Polytech

Ce concours rassemble 30 écoles d’ingénieurs publiques, dont les 13 Polytech dispersées dans toute la France. Ce sont des écoles généralistes. Dans le même groupe : Agrosup, EEIGM, ENIT,  ENSGSI, ENSIM, ESGT, Sup Galilée, ESGT, ESIREM, ESIROI, ESISAR, ESSTIN, ISAT, ISEL, ISTIA, ISTY, et les Télécom Lille et St-Etienne.

Toutes ces écoles proposent une grande variété de spécificités, allant de l’agro-alimentaire et la biochimie, aux ingénieurs géomètres et topographes, ou encore spécialistes de l’informatique, l’énergie et le bâtiment.


puce3 3113 places : Term S (2808 places) / Term STI2D et STL (305 places)
puce3 Frais d’inscription : 60€/gratuit boursiers

Concours Puissance 11

Concours Puissance 11

Le concours Puissance 11 regroupe les douze écoles du réseau Fesic (anciennement appelé concours Fesic) : HEI Lille, les trois ISEN, les trois écoles consulaires ESIEE, CPE Lyon, ESAIP Angers, ESCOM Compiègne, ESEO et ISEP.

Ces écoles sont des écoles d’ingénieur généralistes, même si CPE Lyon ou l’ESCOM sont plus orientées vers la Chimie et les ISEN se concentrent sur l’informatique.


puce3
2100 places. Attention toutes les écoles ne sont pas ouvertes aux STI2D
puce3 Inscription APB
puce3 Frais d’inscription : 130€/gratuit boursiers

Groupe des ENI

Groupe des ENI

Ce concours regroupe les trois écoles du réseau ENI, à Brest, Metz et Saint-Etienne. Les domaines proposés par ces écoles sont le génie civil, le génie électrique, le génie mécanique, le génie industriel et l’information industrielle.


puce3 388 places : Term S (348 places) / Term STI2D (40 places)
puce3 Frais d’inscription : 50€/gratuit boursiers

Groupe des INSA

Groupe des INSA

Le groupe des INSA rassemble six INSA dispersées dans toute la France (Lyon, Centre-Val-de-Loire, Rouen, Rennes, Toulouse et Strasbourg et Euro-Mediterranée) et des écoles partenaires, telles que l’ISIS de Castres, Sup’ENR UPVD, l’ENSCMu de Mulhouse, l’ENSCI de Limoges, l’ENSISA Sud-Alsace, l’ENSIAME de Valenciennes, et l’ESITech Rouen. Le concours est commun.


puce3 plus de 2000  places : le concours est ouvert aux Term S, STI2D (pour Lyon et Toulouse) et pour les STL (avec excellent dossier scolaire (seulement Lyon)

puce3 Frais d’inscription : 90€ / Gratuit boursiers

Recrutement ECAM

Recrutement ECAM

Le recrutement ECAM concerne les ECAM dispersés sur le territoire français : Strasbourg-Europe, Rennes, Lyon, mais aussi ECAM-EPMI Cergy-Pontoise.

Ces écoles forment des ingénieurs généralistes possédant le label « Ecam Art et Métier ».


puce3
428 places pour les  Term S
puce3
Sur APB (Admission FESIC-ECAM)
puce3
Frais d’inscription : 90€)

Recrutement LaSalle Beauvais

Recrutement LaSalle Beauvais

L’Institut Polytechnique de LaSalle Beauvais a fusionné avec l’ESITPA en Janvier 2016, d’où un concours pour cette école, présente à Beauvais.

Elle est spécialisée dans les domaines de l’environnement, l’alimentation, la santé,  et l’agriculture.

puce3 élèves de  Term S, STAV et STI2D

Sélection UTBM-UTC-UTT

Sélection UTBM-UTC-UTT

Ces universités technologiques (UT) sont organisées différemment des autres écoles d’ingénieur post-bac : rattachées aux universités de Troyes, Compiègne et Belfort-Montbéliard, elles fonctionnent en semestre et offrent donc deux recrutements par an (un pour Septembre, et un autre pour Février). Ces trois universités offrent une formation d’ingénieur généraliste, avec une spécialisation en fin de cursus.

Il est possible d’intégrer les rangs des UT avec un bac S. Seule l’UTBM offre des places aux bacs STL et STI2D. Sur l’ensemble du concours, 980 places sont disponibles.

puce3 Les frais de sélection s’élèvent à 95 €. Gratuits pour les boursiers.

puce3 Recrutement hors APB. Quelques écoles ont voulu conserver leur propre organisation pour le recrutement de leurs élèves, elles le font hors APB.

Écoles de la Frésia

Écoles de la Frésia

Les écoles de la Frésia sont du nombre de 4 et sont toutes orientées vers l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Ces écoles privées ne sont autre que l’EI Purpan Toulouse, l’ESA Angers, l’Isara Lyon et l’ISA Lille, placées sous la tutelle du ministère de l’agriculture.

Pour espérer intégrer une de ces écoles, il faut faire attention : contrairement aux autres concours de cette rubrique, il faut ici s’inscrire sur le portail Grandes écoles – Postbac. Le concours d’entrée en prépa intégrée offre 565 places réparties sur les quatre écoles. Il est ouvert aux terminales S et STAV.

 

Recrutement ICAM

Recrutement ICAM

Ce concours concerne les 6 campus de l’ICAM dispersés entre Lille, Toulouse, Paris-Sénart, Bretagne, Vendée et Nantes. L’école possède également des campus à l’étranger comme en Afrique-Centrale et en Inde. L’ICAM est une alternative privée aux Arts et Métiers.

Le recrutement ICAM concerne les terminales S et les terminales STI2D pour l’apprentissage : il y a donc 350 places pour les terminales S et 214 pour les STI2D.

La vie dans une école d’Ingénieur

Ça y est… Vous êtes admis !!!

Vous avez réussi un concours et vous allez intégrer une école d’Ingé !

Outre l’intérêt que vous portez aux sciences et aux techniques… il vous faudra petit à petit adopter la posture de l’ingénieur. Être ingénieur aujourd’hui, c’est faire partie d’un monde qui avance, et qui avance vite. Non seulement il faudra être à la hauteur des enseignements mais aussi vous épanouir dans votre école. Cela passe par la vie associative !

Les écoles offrent de plus en plus de diversité en matière de vie associative, durant les trois (voire les cinq) années passées dans l’établissement. En participant aux associations, vous vous construirez un réseau unique qui pourra vous servir dans notre vie professionnelle. La vie associative est faite d’entreprises juniors, d’expériences évènementielles, d’engagements humanitaires, sportifs, culturels etc. La vie de votre école, ce sont des associations hautes en couleur et des événements pleins de surprises tout au long de la scolarité.

 

Pour réussir

Devenir ingénieur, c’est bien sûr apprécier les sciences… Mais un ingénieur est aussi conscient de son environnement, et de la vitesse à laquelle il change : il doit donc être capable de s’adapter. Comme les sciences et les matières sont techniques, les années prépas demandent de la rigueur, même en prépa intégrée. Beaucoup de travail sera à fournir pendant tout le cursus, surtout en prépa, mais c’est conciliable avec une vie d’école active, tant que l’on est capable de choisir ses priorités.

A l’heure actuelle les écoles demandent à leurs élèves d’avoir une ouverture d’esprit, aussi bien sur le plan géographique que personnel : un accent est mis vers l’international. L’ingénieur d’aujourd’hui est en phase avec le monde, c’est pourquoi la plupart des écoles d’ingénieur rendent obligatoire une mobilité internationale : ce peut être un semestre d’étude ou un stage. Par ailleurs, la plupart des écoles demandent également à leurs élèves de passer un diplôme ou certificat d’anglais, dans l’esprit de cette ouverture internationale.

Les études ne négligent pas pour autant le français ! Il est nécessaire dans certaines écoles de valider une épreuve d’orthographe pour acquérir le titre d’ingénieur.

Labels et accréditations

Les diplômes d’ingénieurs s’enrichissent maintenant de nouvelles accréditations ou de labels qui sont spécifiés sur le diplôme, mais aussi des certifications pour l’école. Ici, on se consacrera à celles qui concernent directement l’élève ingénieur. Ces labels peuvent rendre le CV d’un élève absolument unique, et faire toute la différence dans une future recherche d’emploi.

La CTI est la Commission des Titres d’Ingénieur qui garantit la qualité des formations, ainsi que la reconnaissance de l’infrastructure pédagogique. En d’autres termes, elle assure que l’école remplit des critères spécifiques, et elle est la seule à pouvoir certifier un diplôme d’ingénieur.

En délivrant le diplôme d’ingénieur, la CTI confère à ce dernier le label EUR-ACE, qui signifie que l’école d’ingénieur satisfait au plus haut niveau d’exigence. Cela signifie que l’élève diplômé possède les compétences et les connaissances attendues en Europe. Cette accréditation comporte deux niveaux : bachelor et master. Cependant, en France, le diplôme d’ingénieur est considéré comme un master (ancre Du bac à la Fac, partie MASTER).

Le label QUESTE-SI est l’équivalent du label EQUIS pour les écoles de commerce. Il signifie que l’ingénieur jeune diplômé est engagé dans des thématiques telles que la responsabilité sociétale et le développement durable. Il faut demander ce label pour qu’il soit délivré.

Le label Humanité est très similaire au label QUESTE-SI puisque la thématique est la même. Créé par l’Institut Polytechnicum de Lille, il a été créé pour « attester la capacité du futur professionnel à comprendre et juger un processus au regard des enjeux du développement durable et responsable ». Ce label n’est cependant accessible qu’au collectif des écoles HEI-ISA-ISEN et FLST.

Apparition des Bachelors dans les écoles d’ingénieur !

Venu des pays anglo-saxons et présent depuis quelques années dans les écoles de commerces, le Bachelor semble vouloir se développer également dans les écoles d’ingénieur. Diplôme de niveau Bac+3, il est proposé aux élèves titulaires d’un bac S, STI2D, STL, ou ES (spé maths). Il ne confère pas le diplôme d’Ingénieur.

C’est un diplôme d’Établissement, qui permet  aux étudiants d’acquérir 180 crédits ECTS et d’entrer rapidement (3 ans) dans la vie active.

Ce diplôme se veut avant tout professionnalisant afin de répondre à la demande des entreprises.

Les meilleurs élèves peuvent s’ils le souhaitent poursuivre vers le diplôme d’Ingénieur par la voie des admissions parallèle (concours spécifiques) comme le font déjà les titulaires de BTS, DUT, ou de Licence

> L’école des Arts et Métiers ParisTech (ENSAM) a été la première à s’engager dans cette voie avec la creation en 2014, d’un Bachelor de Technologie reservé aux bacheliers STI2D. Proposé initialement sur les campus de Bordeaux et Châlons en Champagne, ce bachelor est également proposé sur les campus de Angers et de Clunny à la rentrée 2016.

Les frais de scolarité sont peu élevés : 184€ par an.

Recrutement sur APB.

> L’ESEO (l’Ecole supérieure d’électronique de l’Ouest) a annoncé la création d’un Bachelor « Solutions Numériques connectées », pour la rentrée 2016.

Il est ouvert aux titulaires d’un bac S, STI2D, STL, ou ES (spé maths), il est proposé sur les campus de Paris Saint-Cloud et de Angers.

Les frais de scolarité seront de 4000 à 7000€ selon les années et le campus.

Attention : Le recrutement des élèves se fait hors APB.

> L’école Polytechnique, n’est pas en reste puisqu’elle a annoncé elle aussi l’ouverture d’un Bachelor pour la rentrée 2017.

Comme l’a précisé le Ministre de la Défense, le recrutement sera « hautement sélectif », 150 étudiants seront accueillis, dont 60% d’étrangers. Les cours seront dispensés exclusivement en anglais. Les élèves n’auront pas le statut militaire et devront régler des frais de scolarités de 10 000 à 15000 €.

> Enfin Centrale Nantes proposera dès octobre 2016, sur son campus de l’Iles Maurice, un Bachelor en 4 ans réservé aux élèves étrangers.

 

Objectifs

En calquant le modèle anglo-saxon l’objectif de ce nouveau diplôme est  double :

  • Attirer les étudiants étrangers de haut niveau
  • Éviter que les élèves français ne quittent le cursus français et s’inscrivent dans les universités étrangères.

Notamment, les élèves des lycées français à l’étranger qui, pour éviter les classes prépa se tournent parfois vers la Suisse, le Canada ou le Royaume Uni.

La question de la reconnaissance du Bachelor dans le système français, se pose. Aujourd’hui il reste un diplôme d’’Établissement, même si l’école qui le délivre est prestigieuse.

Quel grade lui sera reconnu ? Beaucoup d’écoles souhaiteraient qu’il puisse avoir le grade de Licence, c’est la demande qui a été faite par l’École Polytechnique. Il faudra attendre que l’État se prononce.

CONNECT’Orientation suivra ce dossier et vous tiendra informée de son évolution.

En continuant à utiliser le site , vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer