Les études de Commerce et de Management

Pour suivre des études supérieures de commerce (Bac+3 à Bac+5), l’étudiant a le choix entre les filières universitaires (LMD), les écoles privées de commerce et de gestion (Bachelor, BBA, Master, MBA) et les formations courtes (BTS, DUT). Sous les appellations « commerce », « gestion », « management » …, les études préparent à des métiers divers dans des secteurs variés :
  • Achats
  • Banque / Finances / Assurances / Immobilier
  • Communication / Marketing / Vente
  • Développement durable
  • Droit
  • Entrepreneuriat / Gestion de projet
  • Industrie et innovation
  • International
  • Management général
  • Management sectoriel (Luxe, sport, tourisme et hôtellerie…)
  • Informatique et nouvelles technologies
  • Stratégie et consulting

Quelles écoles choisir ? Comment y entrer ?

Choisir une école de commerce est particulièrement difficile : il en existe plus de 150 ! Après le Bac ? Après une prépa ?… En 3 ans ? 4 ans ? 5 ans ? Le niveau académique, le réseau international permettent de faire des choix. Mais le récent rapport de la Cour des Comptes montre qu’il se joue aussi « une forte discrimination d’accès aux écoles de commerce par l’argent ». Les écoles les plus chères ne sont pas forcément les meilleures !

 

→ Les classes prépa : la voie royale ?

Parmi les étudiants de la filière commerce, 30% choisissent la CPGE. Et parmi eux, 90 % sont assurés d’obtenir une place dans une grande école parmi les plus prestigieuses. La classe prépa nécessite, pour y parvenir, 2 années d’efforts intenses et un entraînement soutenu : le niveau est élevé selon les banques d’épreuves et les écoles visées. En fin de deuxième année se concentrent les épreuves écrites suivies des épreuves orales, véritables compétitions auxquelles il est nécessaire de bien se préparer (gestion du temps, gestion du stress, gestion du sommeil, prise de parole à l’oral, etc.). CONNECT’Orientation peut vous aider. Il est souvent difficile de construire un projet professionnel au cours de ces 2 années parfois éprouvantes. Il est cependant important d’y réfléchir : une partie des oraux porte précisément sur cet aspect qu’il ne faut donc pas négliger.

 

→ Les conseils CONNECT’

  • La sélectivité des écoles post-prépa ou post-bac : plus elle est grande, plus l’école est sérieuse !… cela reste vrai. Observez par exemple les moyennes obtenues au bac par les candidats retenus.
  • N’hésitez pas à visiter les lieux, les campus, lors des portes ouvertes : vous y rencontrerez les enseignants et les élèves qui se feront un plaisir de vous renseigner.
  • Étudiez avec attention les diplômes proposés et recherchez l’ancienneté des écoles : toutes les écoles Post-bac n’ont pas le même prestige.
  • Certaines écoles ont obtenu des accréditations et des labels (AACSB, Amba, Equis). Recherchez les proportions d’enseignants permanents, d’enseignants chercheurs. Une école qui « produit » des connaissances est le plus souvent très compétitive.
  • Observez les statistiques sur les débouchés : il est souvent mentionné les intitulés des métiers. Cherchez aussi à connaître les niveaux de rémunération, l’employabilité et les délais moyens pour obtenir le premier emploi.
  • Évaluez l’ouverture internationale : les partenariats, les échanges, les doubles diplômes avec des pays et universités étrangers. Au delà, soyez sensibles au nombre d’élèves qui bénéficient de ces échanges.
  • Comparez la durée des stages, les années de césure…
  • Observez le dynamisme des réseaux d’anciens élèves. Rencontrez-les pour choisir en toute connaissance de causes.

→ Éviter les deux années de classe préparatoire, c’est possible !

L’offre de formation Post-Bac ne cesse de se développer… mais les cursus sont de qualité disparate. Toutes les écoles post-bac ne participent pas à la Conférence des Grandes Écoles mais certaines grandes écoles auparavant accessibles seulement après une classe prépa proposent désormais une offre post-bac qui bénéficie de la notoriété de l’école (BBA). Le plus souvent les concours post-bac ne nécessitent pas de révisions particulières. Cependant, une épreuve de synthèse pose souvent des problèmes aux élèves de Terminales qui ne sont pas entraînés à ce type d’exercice. De nombreuses prépas privées proposent un entraînement spécifique pour ces concours. Mais les écrits ne suffisent pas, il ne faut pas négliger l’entretien qui suppose un entraînement et une aisance à l’oral (ancre shop, pack je réussis).

 

→ La jungle des classements

Les disciplines enseignées dans les écoles post-prépa et post-bac sont globalement les mêmes. Une dominante de fin de parcours (comptabilité, économie, droit, marketing, management, finance…) vient couronner une formation généraliste. Il est donc nécessaire de prendre connaissance des nombreux classements proposés : certains s’appuient sur les taux de réussite, l’employabilité, le niveau de rémunération… et bien d’autres critères ! Des moteurs de recherche sont souvent à votre disposition pour comparer des écoles entre elles.

ESDES 

Une école de management post-bac, située à Lyon et membre de la Conférence des Grandes Écoles ! L’ESDES recrute les bacheliers par le concours ACCÈS pour les résidents de France métropolitaine et par une procédure à distance pour les internationaux. Son diplôme, bac+5, est visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et confère le Grade de Master.

L’ESDES est l’école de management de l’UCLy (Université Catholique de Lyon).L’ESDES propose deux programmes de formation axés sur l’international, la formation humaine et l’innovation pour former les managers de l’économie responsable.

> Programme Grande École en 5 ans : 1er cycle généraliste et Master orienté employabilité et ouverture internationale.
> Bachelor en 3 ans : programme professionnalisant avec tronc commun généraliste et une année de spécialisation en alternance.

Publi-Info

Les études courtes

→ Les BTS Commerce

  • 4 BTS sont accessibles (via APB) sur sélection après un Bac général (L, ES, S), Bac Technologique (par exemple STI2D ou STMG) ou Bac professionnel (Commerce, Vente et services).
  • Durée de la formation : 2 ans en Lycée
  • Possibilité de formation en alternance dans certains lycées.

Les différents BTS

Le BTS Management des unités commerciales (MUC) forme essentiellement des commerciaux. Le BTS Négociation et relation client (NRC). Le BTS Technico-commercial forme des commerciaux. Plusieurs spécialités sont proposées (Agroalimentaire, Bois, matériaux dérivés et associés, Commercialisation de biens et services industriels, Domotique et environnement technique du bâtiment, Emballage et conditionnement, Énergie et environnement, Énergie et services, Équipements et systèmes, Habillement et ameublement, Matériaux du bâtiment, Matériel agricole, travaux publics, Matériel de levage et de manutention, Mesure industrielle et traçabilité, Nautismes et services associés, sans précision, Textiles industriels, Véhicules industriels et équipements automobiles). Il existe des spécialités dans le domaine agricole (BTSA). Le BTS Commerce international (diplôme à référentiel commun européen) est orienté vers le négoce et nécessite la maîtrise de deux langues étrangères.

 

Que faire après un BTS commerce ?

  • Entrer sur marché du travail : les BTS « commerce » permettent une intégration rapide sur le marché de l’emploi (par exemple, Responsable des Achats après un BTS CI, Responsable de la logistique par exemple).
  • Une Licence Professionnelle en un an pour se spécialiser dans un domaine d’activité.
  • Une École de commerce pour les meilleurs élèves en cursus court (Bachelor) ou long (Master) par le biais des admissions parallèles.

→ Les DUT Commerce et Gestion

  • 2 DUT sont plus particulièrement ciblés commerce et gestion
  • Ils sont sélectifs et accessibles (via APB) après un bac général, technologique (STI2D ou STMG) ou professionnel (Commerce, Vente et services).
  • Durée de la formation : 2 ans en IUT
  • Possibilité de formation en alternance

Plusieurs DUT

Le DUT Techniques de commercialisation (TC) forme un collaborateur commercial polyvalent (vente, achat, distribution, gestion des stocks). Le DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) forme les responsables de la gestion et de l’administration quotidienne des entreprises ou des administrations. Plusieurs options sont proposées : finances comptabilité, ressources humaines, petites et moyennes organisations.

Que faire après un DUT commerce ?

  • Entrer sur marché du travail : les techniciens « commerce » exercent des métiers variés (chargé de clientèle, attaché commercial, etc.)
  • Une Licence Générale économie, gestion, ou économie et gestion
  • Une Licence Professionnelle en un an dans des domaines variés : assurance, banque finance, commerce, marketing etc.
  • Une École de commerce par le biais des admissions parallèles (ancre) ou après une classe préparatoire ATS économie-gestion.
DUT Commerce

Les études universitaires et les études longues

→ Les études de commerce à l’Université

L’Université prépare aussi aux métiers du commerce en proposant un cursus complet, de la Licence au Doctorat dans 4 Domaines d’enseignement. Si la mention Droit, Économie et Gestion ouvre naturellement vers les études longues de commerce, les autres mentions (par exemple Arts, lettres et langues ou Sciences humaines et sociales) permettent aussi d’accéder aux métiers du commerce via des Masters spécialisés soit à l’Université soit au sein des Écoles de Commerce. La Licence Administration économie et social (AES) débouche aussi sur les concours de la Fonction publique.

Tarifs droits de scolarité

Les Instituts d’Administration des Entreprises (IAE) sont aussi une alternative aux écoles de commerce. 31 d’entre eux sont regroupés au sein du Réseau IAE : ces écoles de gestion sont les écoles de management des universités (sauf IAE Paris qui a un statut à part). Sur le modèle des Business School anglo-saxonnes, ils ont pour mission le développement de la recherche et de la formation supérieure en gestion au sein des universités. Les formations délivrées couvrent l’ensemble des domaines en sciences de gestion (marketing, finance, RH, etc.). Elles délivrent notamment des licences professionnelles, mais aussi d’autres diplômes nationaux de niveau Licence, Master (gestion, management, finance, comptabilité-contrôle-audit (CCA), marketing ou ressources humaines…) et Doctorat. Chaque institut possède ses particularités et des domaines d’expertise spécifiques. Leurs atouts :

  • Des frais de scolarité sans commune mesure avec ceux de leurs concurrentes privées
  • Intégration de 30% de boursiers
  • Excellents résultats en matière de professionnalisation
  • Le développement de la recherche est au centre de la stratégie des IAE
  • Des séjours d’études à l’étranger grâce au réseau d’écoles partenaires

Leur faiblesse : Avec un réseau d’anciens de près de 430 000 diplômés, les IAE sont loin d’être aussi organisés et efficaces que les grandes écoles de commerce. La marque IAE est encore peu connue… une vulnérabilité qui pourrait s’estomper compte tenu des initiatives des IAE pour se faire connaître.

Entrer à l’IAE ?

Peu d’IAE proposent une entrée en L1.
> À l’IAE de Lyon 3 : une entrée non sélective en L1 mais sélective à partir de L2
Sélection en L2 : test SIM + examen du dossier + entretien… Cela est variable selon les établissements !
Test SIM = 45 minutes, 4 QCM de culture générale, compréhension et expression écrite en français, raisonnement logique et numérique, compréhension et expression écrite en anglais. De mars à août, partout en France, 30 € d’inscription.

Les diplômes délivrés dans les Écoles de commerce

Le Bachelor

Le Bachelor est un diplôme de niveau Bac + 3 récent qui connaît un très fort développement. Ses principaux atouts sont :

  • un tremplin pour poursuivre ses études
  • une maîtrise des langues étrangères (cours en langues étrangères, 2 à 3 langues)
  • une mobilité à l’international
  • un diplôme reconnu à l’étranger et la possibilité de poursuivre ses études à l’étranger
  • un cursus professionnalisant : de nombreux stages
  • une bonne insertion sur le marché de l’emploi

Que faire après un Bachelor ?

  • Entrer sur le marché de l’emploi : les recruteurs apprécient le compromis entre le technicien (Bac + 2) et le manager (Bac + 5). 90% des diplômés de Bachelor souhaitant travailler, trouvent un poste à la sortie.
  • Poursuivre vers les programmes grande école via les passerelles. Les diplômes peuvent aussi s’orienter vers des masters à l’université qui offrent un large choix de spécialisations. Les diplômés sont 43% à poursuivre leurs études.

 

 

 

 

Le Master, Master professionnel, Mastère spécialisé (MS)

Le Master est un grade. Il est obtenu par le diplôme national de Master attestant d’un niveau Bac + 5 délivré par un établissement à caractère scientifique, culturel et professionnel. Les Universités et près de 50 autres établissements sont habilités à délivrer ce diplôme. Les Mastères spécialisés (actuellement 75 programmes Mastères Spécialisés) sont délivrés par les Grandes écoles réunies en Conférence des Grandes Écoles. L’appellation est protégée. L’appellation Master ou Mastère professionnel est utilisée par certains établissements pour valider des formations à Bac + 4/5 : on y trouve des diplômes propres aux établissements n’appartenant pas à la Conférence des Grandes écoles.

Le BBA

Le Bachelor in Business Administration (BBA) est un diplôme de niveau Bac + 3 ou Bac + 4 selon les écoles (titre de niveau II). Il est proposé par les écoles et grandes écoles de commerce. L’admission se fait soit après le Bac, soit à Bac +1 ou Bac + 2 sur concours. Ses principaux atouts sont :

  • une pédagogie adaptée aux bacheliers pour les mettre en perspective de leur futur métier : développer l’ouverture, la curiosité, la volonté d’apprendre… il s’agit d’apprendre autrement grâce à un encadrement très présent.
  • assurer rapidement une immersion en anglais
  • la possibilité d’obtenir un double diplôme avec une université partenaire américaine
  • une bonne insertion sur le marché de l’emploi (par exemple Manager à l’international option marketing vente, gestion finance).

Que faire après un BBA ?

  • Entrer sur le marché de l’emploi : Business Developer, chef de projets internationaux, etc.
  • Poursuivre ses études : Masters universitaires, MBA, Mastères spécialisés via les concours parallèles ou sur dossier et entretien.

Le MBA

Le Master of Business Administration (MBA) s’adresse d’abord à des professionnels expérimentés. Il est également proposé par certaines écoles à leurs élèves après un diplôme de niveau bac+4/5. Non reconnu par la Conférence des Grandes Écoles, il n’en est pas moins le plus souvent de qualité. Il est donc conseillé de se renseigner sur la reconnaissance de la formation, sur les critères de recrutement, les partenariats avec les entreprises, les qualifications des enseignants, les débouchés…

Les voies d’accès Post-bac

> Banque de Concours Hors APB

Concours Post-Bac
Concours Post-Bac

> Concours sur APB

> Diplômes reconnus par l’Etat
> Admission en 1ère année : élèves de terminale (toutes sections du baccalauréat ou équivalent à l’étranger) et étudiants en 1ère année d’études supérieures en réorientation.
En 1ère année : BAC L – 3% / Bacs ES – 47% / BAC S – 23% / BAC Techno – 21% / Réorientation 6%
> Admission en 2ème année : candidats français ou étrangers ayant réussi les épreuves d’un 1er cycle universitaire ou titulaires d’un DUT, BTS ou titre professionnel de niveau III. Modalites de recutement propres à chaque école (contactez-les).
En 2ème année : BTS – 74% / DUT – 22% / L2 (120 crédits ECTS) – 3% / Autres – 10%

> Autres formations sur APB

Les programmes « Bachelor » des écoles de commerce présentes sur le portail sont accessibles, sur concours, après le baccalauréat pour un cursus de 3 années. Les formations permettent aux étudiants d’acquérir de solides connaissances en gestion, management, marketing, commerce. Ces programmes intègrent le plus souvent une période obligatoire de formation à l’étranger ainsi que plusieurs stages en entreprises. Chaque école a sa spécificité et la majorité d’entre elles propose une spécialisation progressive au cours du cursus. Par exemple : ESIAME

Les voies d’accès après Bac +2 ou plus

> Concours parallèles après Bac + 2 ou Bac + 3

Validation Bac + 2
Après Bac + 2
Validation Bac + 2
Après Bac + 2

> Concours d’Admission Directe

→ HEC

  • Inscriptions : jusqu’au 7 avril 2017
  • Admissibilité : 9 mai 2017
  • Admission (oraux) : fin mai 2017
  • Résultats :  2 juin 2017

ESCP Europe

  • Inscriptions (en ligne) : du 30 janvier au 28 février 2017
  • Admissibilité : mi-avril 2017
  • Admission (oraux) : 3 et 4 mai 2017
  • Résultats :  mi-mai 2017

→ ESSEC

  • Inscriptions : jusqu’au 13 mars 2017
  • Date limite envoi des dossiers : 14 mars 2017
  • Admissibilité : 17 mai 2017
  • Admission (oraux) : 31 mai, 1er et 2 juin 2017
  • Résultats :  14 juin 2017

→ EM LYON AST

  • Infos non connues à ce jour – consulter le site de l’école

Ce qui m’attend…

Le déroulement du cursus

Les stages (3 à 6 mois selon les années) font partie intégrante des parcours et contribuent à la professionnalisation des étudiants. Une part non négligeable des étudiants en dernière année trouve un emploi dans l’entreprise où ils effectuent leur stage. Certaines écoles exigent un stage à l’étranger et ont développé des partenariats internationaux. La maîtrise de l’anglais est indispensable, des tests de validation type TOEFL, TOEIC pouvant être exigés tant à l’entrée de l’établissement qu’à la délivrance du diplôme. Une seconde langue étrangère est vivement recommandée. Il est conseillé aux étudiants de s’informer sur le nombre d’étudiants par promotions. Certains établissements remplissent des amphis de 200 étudiants quand d’autres composent des classes d’une vingtaine d’élèves. La composition des équipes pédagogiques est également un critère important : la variété des intervenants est nécessaires… mieux vaut donc vérifier que les cours ne sont pas uniquement dispensés par des intervenants professionnels ou par des enseignants chercheurs.

Le candidat idéal

Faut-il fournir beaucoup de travail personnel ? Pour répondre à cette question, rappelons que les écoles les plus reconnues recrutent à l’issue des classes préparatoires : dans ces prépas, il est bon de savoir que l’essentiel du « tri » entre les élèves se fait sur leur capacité de travail … Outre un bon, voire très bon niveau scolaire et une forte motivation, la facilité à s’intégrer au sein d’équipes (BDE, projets étudiants, travaux de groupe), à travailler collectivement et à faire preuve de leadership vient compléter le portrait type du jeune en école de commerce.

Le candidat idéal

En continuant à utiliser le site , vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer